Port-LaJoye
– Une planche de salut toujours étoilée

À l’été 1720, Pointe à la Framboise et Pointe à la Flamme gardent magistralement le chenal d’entrée du port qui prendra le nom de LaJoye car l’endroit a provoqué chez les premiers insulaires de l’Isle Saint-Jean un sentiment de vif bonheur. Après quatre mois de navigation épuisante, plus de 250 colons français recrutés dans les … Voir la suite

Tracadie
– Un endroit idéal à plusieurs égards

Les premiers colons de Tracadie, un nom Mi’kmaq signifiant « endroit idéal pour s’installer », arrivent sur les lieux en 1728. Avec entre-aide, ils érigent une cabane acadienne ayant la taille nécessaire pour héberger convenablement quatre familles distinctes, c’est-à-dire les Boudrot, les Bourg (Michel et Charles, deux familles) et les Belliveau. Ils s’installent sur le … Voir la suite

Havre aux Sauvages
– Changement de nom en respect des Premières Nations

Nous savons que les Mi’kmaqs se sont progressivement installés sur l’Isle Saint-Jean il y a environ 3000 ans. Ils étaient nomades et vivaient, à l’époque, de chasse et de pêche la majorité de l’année. En outre, ils se nourrissaient de toutes sortes de fruits secs, de légumes et de baies sauvages qu’ils pilaient, puis faisaient … Voir la suite

Pointe-de-l’Est
– Au pays de la morue

Selon le premier recensement de l’Isle Saint-Jean en 1728 Pointe-de-l’Est (aujourd’hui East Point) comptait douze habitants répartis dans quatre familles, soit les Churin, les Durocher, les Giraud et les Rochefort. Mathieu Churin a été le premier à s’y établir en 1719. Joseph Durocher et Nicolas Giraud arrivèrent en 1720, et Rochefort en 1728. Tous ont … Voir la suite

Rustico
– Un endroit historique qui a porté plusieurs noms

Avant l’arrivée des Blancs sur l’Isle Saint-Jean les Mi’kmaqs connaissaient bien la baie de Rustico en plein milieu de la côte Nord. Ils lui avaient même donné le nom de Tabooetooetun, signifiant « lieu aux deux bras ». Car, en effet, la baie est composée d’un bras nord et d’un bras sud. Ce constat géographique … Voir la suite

Havre Saint-Pierre
– Un site historique incontournable en Amérique

Selon le premier recensement de l’Isle Saint-Jean par le gouvernement français de Louisbourg en date de 1728, François Douville (pêcheur) a été le premier à habiter Havre Saint-Pierre. Bien que l’histoire scripturale des lieux ne révèle pas les circonstances de son arrivée, on peut déduire de son occupation déclarée que ce fut principalement la proximité … Voir la suite

Pointe Brudenell
– L’entrepreneuriat de Jean-Pierre Roma

Tout a commencé en juin 1732 avec l’arrivée à Pointe Brudenell de trois vaisseaux marchands français venus directement de France sans aucun soldat. Un des navires amenait des pêcheurs et des navigateurs à l’Isle Saint-Jean, un deuxième transportait 80 « engagés », c’est-à-dire des ouvriers ayant souscrit pour trois ans de travail, et un troisième … Voir la suite

Malpèque
– Découverte archéologique à Pointe-aux-Vieux

Le terme Malpèque est le dérivé français du mot mi’kmaq « magpeg », signifiant « la baie qui se gonfle » au gré des marées. Les Mi’kmaqs de l’historique île Lennox dans le nord-ouest de Magpeg racontent qu’ils vivent de cette magnifique et généreuse baie depuis des milliers d’années. Des fouilles archéologiques récentes à Pitawelkek … Voir la suite

Mount Stewart
– En remontant la rivière du Nord-Est

L’histoire de la rivière du Nord-Est (aujourd’hui la Hillsborough) est en grande partie l’histoire de la genèse du peuple acadien de l’Île-du-Prince-Édouard. Car c’est à son embouchure, à Port LaJoye, et à sa tête, aux grands marais de Mount Stewart, que se sont établies en permanence les deux premières familles acadiennes de l’île en 1720. … Voir la suite

vulputate, et, libero. efficitur. consectetur Donec mattis