• >
  • Pointe-à-la-Croix
    – Le dernier bastion de Petite-Rochelle
Maquette de la frégate Le Machault
Maquette de la frégate Le Machault exposée au lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche à Pointe-à-la-Croix (auteur ChristianT, sans modification, licence CC BY-SA 3.0)

Dans l’estuaire de la rivière Ristigouche, au fond de la baie des Chaleurs, se trouve le lieu historique national de la Bataille-de-la-Ristigouche, à 3 km à l’ouest de la municipalité de Pointe-à-la-Croix. Ce site historique commémore la dernière bataille navale de la Guerre de Sept Ans entre Français et Anglais pour la possession de la Nouvelle-France…

Mais c’est aussi à proximité de ce site, à l’est de Pointe-à-la-Croix, que s’étaient réfugiés plus de mille Acadiens fuyant la déportation, dans ce qui s’appelait, en 1758, le village de Petite-Rochelle. Au moment de la chute de Québec, en septembre 1759, le village n’était défendu que par un poste fortifié et une poignée de soldats. Sous la menace anglaise, ce refuge acadien fut pourtant le dernier bastion français à capituler. Voici pourquoi…

La dernière bataille navale

Fin mai 1760, le poste de Petite-Rochelle reçut une aide inespérée. L’hiver avait été dur et la population avait beaucoup souffert de la famine. Une flottille française commandée par le lieutenant François Chenard de La Giraudais se réfugia au fond de la baie des Chaleurs. Composée de la frégate Le Machault et de deux bateaux de ravitaillement chargés de secourir le Canada, elle avait préféré éviter de croiser une flotte anglaise plus nombreuse qui la précédait à l’entrée du fleuve Saint-Laurent. Le 27 juin, les trois navires français se retrouvèrent pris au piège par une flotte anglaise de cinq vaisseaux de guerre commandée par le capitaine John Byron, qui engagea le combat. La défense du poste de Petite-Rochelle s’était cependant organisée et bénéficiait du concours de miliciens acadiens et de guerriers micmacs. François-Gabriel d’Anjeac, capitaine des troupes à bord des navires français, avait pris le commandement du poste et dirigé la construction d’une batterie et d’un poste de garde sur le site de Pointe-à-la-Garde (à l’est de Pointe-à-la-Croix). Cette batterie causa de réels dommages aux Anglais et retarda leur progression vers les navires français. Mais le combat était inégal…

Estuaire de la rivière Ristigouche et pont Van Horne
Estuaire de la rivière Ristigouche et pont Van Horne reliant Campbellton à Pointe-à-la-Croix, vus du mont Sugarloaf, au Nouveau-Brunswick. C’est à cet endroit que se trouvent encore, au fond de la rivière, des vestiges du Machault (auteur Blob5825, sans modification, licence CC BY 1.0)

Le 8 juillet, à l’issue d’un combat acharné, La Giraudais fit saborder ses navires pour empêcher les Anglais de s’emparer des vivres et des armes. Très vite, le capitaine d’Anjeac conduisit la retraite de ses troupes dans les bois. La flotte anglaise préféra cependant se retirer. Ainsi s’achevait la bataille de la Ristigouche. Les Anglais avaient brûlé toutes les maisons qu’ils avaient trouvé sur la rive. Le désastre était total. D’Anjeac réussit tout de même à organiser la résistance du poste de Petite-Rochelle qui abritait toujours un millier de réfugiés acadiens. Peine perdue… Les troupes françaises durent déposer les armes le 30 octobre, après la capitulation de Montréal. Les Acadiens furent laissés sur place, plongés dans une grande incertitude, ce qui n’empêcha pas les corsaires acadiens de poursuivre une guerre de course implacable contre les bateaux anglais. Plusieurs familles avaient tout de même réussi à s’enfuir le long de la baie des Chaleurs et avaient fondé le village de… Bonaventure.

luctus suscipit efficitur. mi, neque. pulvinar mattis eget