Truro
– La déportation des habitants de Cobéguit reste un secret d’histoire

Cobéguit est l’interprétation française donnée au mot Mi’kmaq “Wecobeguit” qui signifie “la baie qui va loin”, en référence au phénomène impressionnant du marnage qui est le dénivelé entre les niveaux successifs d’une marée haute et d’une marée basse. Plus le dénivelé est élevé, plus loin va le plan d’eau. Longtemps avant l’arrivée des Européens sur … Voir la suite

Grand-Pré
– Un monument à la ténacité exceptionnelle d’un peuple

En 1665 à Port-Royal Pierre Melanson dit La Verdure, tailleur de pierres, épouse à l’âge de 27 ans Marguerite-Anne Mius d’Entremont âgée de 15 ans. Entre 1666 et 1679, six enfants naissent de leur union, soit Philippe-Charles (1666), Cécile (1668), Pierre (1670), Marie-Madeleine (1673), Marguerite (1676) et Isabelle Élisabeth (1679). La famille Melanson quitte Port-Royal … Voir la suite

Amherst
– Mise à mort de Beaubassin par l’administration française

Les marais Tantramar

Beaubassin, près de la ville actuelle d’Amherst en Nouvelle-Écosse, est la première et la plus importante colonie de l’isthme de Chignectou reliant, antérieurement à 1713, le Canada et l’Acadie (avant de devenir la Nouvelle-Écosse). À l’époque la région entière, délimitée par les marais salins Tantramar le long de la rivière Mésagouèche (signifiant rivière vaseuse dans … Voir la suite

Canard (Rivière-aux-Canards)
– Si le canard noir d’Amérique pouvait parler

Panorama de Rivière-aux-Canards

Rivière-aux-Canards (aujourd’hui Canard) se situe à l’extrémité est de la vallée d’Annapolis. Fondé vers 1675 par Pierre Terriot et ses compagnons de Port-Royal, Claude Landry, Antoine Landry et René LeBlanc, il fait partie des premiers établissements acadiens du bassin des Mines. Au recensement de 1701 plus de 45 colons répartis dans sept familles vivaient sur … Voir la suite

Louisbourg (Île du Cap-Breton)
– Une menace aux colonies anglo-américaines

La forteresse de Louisbourg (une ville fortifiée plutôt qu’un fort) dont les travaux de fortification ont débuté en 1719 pour se terminer vers 1740 devint, à son apogée, une puissance commerciale redoutable sur les côtes Atlantique. Après Boston et Philadelphie, Louisbourg était le port le plus achalandé de l’Amérique du Nord. Son essor menaçait le … Voir la suite

Saint-Pierre (Île du Cap-Breton)
– Les vétérans ont redonné à Port Toulouse son nom d’origine

Suite au traité d’Utrecht de 1713 cédant l’Acadie péninsulaire à la Grande-Bretagne, la France encourage l’établissement des Acadiens sur l’Isle Royale en territoire français. Port Toulouse est ainsi fondé en 1713 par des Acadiens originaires de Port-Royal, du Bassin des Mines, de Cobeguit, de Beaubassin, de Cap-Sable et de Mouscoudabouet. Ils s’établissent à proximité d’un … Voir la suite

Chéticamp (Île du Cap-Breton)
– Des lieux acadiens au nom évocateur

Chéticamp est une région acadienne au bord du golfe du Saint-Laurent, sur le versant occidental du plateau du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse. Elle est située entre le parc national des Hautes-Terres du Cap-Breton au nord et Grand-Étang et la montagne des Écureuils au sud. Ces lieux magnifiques s’étendent sur plusieurs kilomètres le long de la piste … Voir la suite

ut ut libero. quis, porta. leo. commodo